PRENDRE RENDEZ-VOUS:

01 48 07 09 72

FOIRE AUX QUESTIONS

L’Ostéopathie soigne-t-elle tout?

 

NON, l’Ostéopathie ne soigne pas toutes les pathologies et elle ne fait pas de miracle. Tous nos actes peuvent s’expliquer, mais nous ne pouvons pas tout faire et nous connaissons l’échec.
Les maladies graves telles que les cancers, la Polyarthrite Rhumatoïde, la Sclérose en Plaques, les maladies infectieuses et métaboliques… ne peuvent être soignées par l’Ostéopathie. Néanmoins, en dehors des périodes d’inflammation et d’aggravation, nous pouvons tenter de soulager les patients et de leur donner un « mieux vivre».

Les traumatismes récents, tels que les fractures, sont du ressort de la Médecine classique voire de la Chirurgie. Mais nous pourrons voir le patient une fois le plâtre retiré.
Parfois, l’échec vient du fait du patient qui ne respecte pas nos conseils donnés en fin de consultation. Notre travail est de débloquer une situation, charge au patient d’entretenir et de poursuivre ce que nous avons fait.

L’échec peut également survenir par la faute de l’Ostéopathe qui ne pose pas le bon diagnostic, réalise mal une technique ou tout simplement parce que l’Ostéopathie n’était pas la meilleure indication dans ce cas.
Il convient de rappeler la nécessaire collaboration entre les différents acteurs de la Santé.

L’Ostéopathie est-elle remboursée par la Sécurité Sociale?

 

securité socialeNON, les soins en ostéopathie ne sont pas remboursés par la sécurité Sociale. Cependant, de nombreuses mutuelles remboursent tout ou une partie du tarif de la consultation (cf  Remboursement).
Il faut signaler qu’il est totalement illégal de faire passer des soins ostéopathiques sous le couvert du remboursement de soins en kinésithérapie.

Qu’est-ce que le « crac » articulaire que l’on peut entendre lors d’une mobilisation ostéopathique?

 

Ce bruit résulte de la mobilisation de l’articulation : la fameuse technique de « thrust ». Le but de la mobilisation articulaire est de « réinformer » la structure qui est touchée afin qu’elle retrouve sa fonction et sa flexibilité.
L’articulation est composée, généralement, de deux surfaces articulaires qui sont maintenues par une capsule, des ligaments et autres muscles. Pour éviter le frottement de ces deux surfaces articulaires recouvertes de cartilage, l’articulation est remplie d’un liquide synovial (dont la texture ressemble à de l’huile). Ce liquide comprend de nombreuses microbulles de gaz. Lors de la manipulation, le travail articulaire va faire que ces bulles vont s’agglomérer puis éclater pour créer ce « crac » articulaire.

                            cavitation

Une autre explication de ce bruit articulaire vient de ce que l’on nomme « le phénomène de Cavitation » : à savoir la formation de poches et de bulles au sein d’un milieu liquide initialement homogène. La dépression entraînée par la décoaptation, la séparation rapide de deux surfaces articulaires va provoquer la formation d’une bulle dans l’articulation. Cette bulle est instable et par le jeu des pressions, les parois s’attirent et entrent en collision ce qui produit le claquement, la désintégration de la cavité et sa disparition (Aucune bulle d’air n’est visible sur une radiographie normale d’une articulation).
La présence de ce bruit ne veut pas forcément dire que la technique est bien faite, mais son absence ne pas dire qu’elle est ratée. Seul le test donnera le résultat.

Combien faut-il de séance?

 

Tout va déprendre du motif et de l’ancienneté de son installation.
Quoiqu’il en soit, un soulagement va généralement apparaître dès la première consultation.
En fonction des pathologies, une seule séance peut parfois suffire à faire disparaître les douleurs et gênes fonctionnelles.
Dès que les troubles (lombalgies répétitives, cervicalgies, migraines, troubles digestifs…) sont plus chroniques et/où installés depuis plusieurs semaines, mois ou années, une deuxième voire une troisième séance peuvent être envisagées.
À chaque séance, le patient doit ressentir une amélioration de son état.

A quelles réactions puis-je m’attendre après une séance d’ostéopathie?

 

L’Ostéopathie n’est pas anodine, nous agissons sur le corps. Votre corps est dans un mauvais équilibre… puisque vous avez mal. Le but est de vous donner un nouvel équilibre en cherchant et traitant les zones de contraintes. Mais le fait d’agir sur votre corps va aussi créer des réactions qui sont nécessaires et qui peuvent se faire sentir dans les 24 à 72 heures qui suivent une séance.
Ces réactions sont de différents types : fatigue, crampes, douleurs, courbatures, impression de « planer un peu », détente importante…
Elles sont normales et vont précéder l’amélioration. Dans les 2 à 3 jours qui suivent une séance d’Ostéopathie, il est conseillé de ne pas de faire de sport, de ménager son corps, de ne pas faire de déménagement, de ne pas faire trop de kilomètre en voiture… Il vous faut « digérer » la séance, laisser à votre corps le temps de s’adapter à ce nouvel équilibre.

Ostéopathe, Kinésithérapeute, Rhumatologue… quelles différences?

 

rhumatologueLe Rhumatologue est un médecin spécialiste. C’est avant tout un médecin qui peut donc vous prescrire des médicaments, vous faire des infiltrations ou vous manipuler. Bien souvent le rhumatologue ne pratique que les techniques structurelles. Il ne s’occupe pas du système viscéral ou crânien et ne traite pas les bébés.


Le Kinésithérapeute agit le plus souvent sous le couvert d’une prescription médicale. Il faut d’abord passer chez son Médecin Traitant, qui établit un diagnostic et oriente vers ce professionnel. kinésithérapeuteCelui-ci fera également son diagnostic mais seulement sur la zone qui pose problème. Le Kinésithérapeute va réaliser ou aider le patient à réaliser des mouvements lors de sa rééducation par le biais de techniques d’étirements, de musculation, de massages… et par l’utilisation de matériels (poids, Ultra Sons, physiothérapie, plateaux instables…).


OSTEOPATHEL’Ostéopathe est un consultant de première intention. Il n’est pas obligatoire de passer par son Médecin Traitant pour le voir. De par sa formation, il est parfaitement capable de formuler un diagnostic et de prendre en charge un patient.
L’une des premières question que se pose l’ostéopathe est « ce patient est-il de mon ressort, puis-je traiter sa pathologie ou dois-je le référer ailleurs ? ».


Ces professions sont différentes mais complémentaires.
En tant qu’Ostéopathe, il arrive de renvoyer un patient chez son Médecin ou Rhumatologue pour avoir des examens, avis ou gestes complémentaires, ou chez un kinésithérapeute afin de mettre en place un programme d’étirements ou de stabilisation d’une articulation.

Quelle est la différence entre ostéopathe, étiopathe et chiropracteur?

 

questionL'ostéopathie et l'étiopathie ont pour seule différence leur lieu d'origine. L'étiopathie est une discipline qui est enseignée en Suisse, alors qu'en France nous parlons d'ostéopathie.
Dans les deux cas, il s'agit d'une approche globale du corps, d'une thérapie axée sur la recherche de la cause du dysfonctionnement, dans laquelle le seul outil du thérapeute est la main.

La chiropraxie est en revanche un exercice différent de l'ostéopathie. Le point commun est que les 2 techniques utilisent exclusivement des pratiques manuelles. Cependant, on peut distinguer 2 types de différences entre les 2 techniques :chiropraxie

  • La chiropraxie s'exerce uniquement dans le domaine articulaire, là  où l'ostéopathie intervient dans les domaines ostéo-articulaire certes, mais aussi crânio-sacré (lien entre le crâne et le sacrum) et viscérale (actions spécifiques sur les viscères).

Les champs d'application de l'ostéopathie sont de ce fait plus vastes : Système orthopédique (Entorse, tendinites, lumbago), Séquelles de traumatismes  (Accidents de voiture, fractures), Système digestif (Hernie hiatale, troubles digestifs), Système génito-urinaire (Douleurs gynécologiques, suivi de grossesse), Système O.R.L(Sinusite, migraines, asthme), Système cardio-vasculaire (Troubles circulatoires, hémorroïdes), Système neurologique (Sciatique, cruralgie) 

  • Les modes d'exercice des 2 pratiques sont sensiblement différents. En effet, la chiropraxie utilise des manœuvres à  bras de levier court (action près du point d'impact visé), ce qui implique une certaine force physique pour le thérapeute, et des manœuvres de « craquement » pour le patient.

A contrario, l'ostéopathie utilise des manœuvres à  bras de levier long (action portée plus loin du point d'impact visé), ce qui ne nécessite aucune force physique particulière de la part du thérapeute, mais en revanche une grande précision dans le geste, et permet au patient de bénéficier de manœuvres non douloureuses et sans « craquement ».